Santé : l'événement Bac Tou Bac veut faire émerger une filière "bactérie" à Toulouse

 |   |  667  mots
La recherche sur les bactéries est devenue un enjeu mondial
La recherche sur les bactéries est devenue un enjeu mondial (Crédits : Rémi Benoit)
Le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé organise, à l'initiative de trois biotechs, l'événement Bac Tou Bac le 8 décembre prochain à Toulouse. L'objectif de cette journée de réflexion est de structurer une filière toulousaine active sur une question prioritaire de santé : l'antibiorésistance.

"L'innovation face au défi bactérien." C'est le titre choisi pour cette journée dédiée à la filière médicale qui étudie les bactéries. Bac Tou Bac, organisé le 8 décembre prochain à l'IUCT par le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé (CBS), donnera lieu à de nombreux échanges et débats autour de cette thématique, au cœur des enjeux de santé du XXIe siècle.

L'antibiorésistance, une priorité de santé mondiale

En effet, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'ONU, ont toutes les deux fait de l'antibiorésistance une priorité. La résistance aux antibiotiques fait aujourd'hui 25 000 morts par an dans le monde. Un chiffre qui, selon les chercheurs, pourrait passer à 10 millions en 2050.

"Le colloque Bac Tou Bac résonne tel un écho à cette alerte mondiale, affirme Liberto Yubero, président du pôle CBS. La question n'est certes pas récente, mais elle prend aujourd'hui des proportions jugées alarmantes et constitue d'ores et déjà une grave menace pour la santé humaine, animale et pour l'équilibre environnemental en général."

Cette question ne concerne en effet pas seulement la médecine mais aussi les autorités vétérinaires ou les industriels de l'agroalimentaire. D'où la mention "Bacteria One Health Day" (One Health pour Une Santé, NDLR) pour rappeler que cette problématique est globale et touche tous les secteurs. "C'est une question de politique environnementale", précise Marc Lemonnier, président de la biotech toulousaine Antabio, startup jugée la plus prometteuse et innovante, lors du salon européen BioVision 2016.

Structurer la filière toulousaine

Initiée par les entreprises toulousaines Vibiosphen, Vaïomer et Antabio, cette journée, ouverte au public, souhaite en effet alerter sur l'enjeu que représente l'antibiorésistance en matière de santé et, au-delà, structurer une filière en pointe à Toulouse. "Il était important, compte tenu de la priorité médicale que cela représente, de montrer qu'il existe une véritable filière dans la région", pointe Marc Lemonnier, prix spécial du jury à Biznext 2016.

"Nous possédons en région un tissu riche en compétences et expertises académiques. Nous sommes par ailleurs dotés d'entreprises qui travaillent dans le domaine et souhaitent proposer des solutions innovantes. Tous ces acteurs se connaissent mais travaillent peu ensemble, alors créons les conditions favorables à l'éclosion d'une filière spécialisée", déclare de son côté Liberto Yubero.

"Nous avons des atouts très forts et le soutien très important de la Région et de Nadia Pellefigue (vice-présidente de la Région en charge du développement économie et de l'innovation NDLR) notamment", estime par ailleurs Marc Lemonnier.

Lors de la journée du 8 décembre, l'accent est volontairement mis sur l'écosystème local même si l'impact se veut national, voire européen. Avec plus de 20 intervenants, Bac Tou Bac regroupe des biotechs mais aussi des grands groupes tels que Sanofi, Evotec ou Pierre Fabre. Les laboratoires de recherche, le CHU, Toulouse Tech Transfer et d'autres structures soutiennent également l'événement.

La bactérie dans tous ses états

De nombreux spécialistes, qu'ils soient chercheurs, cliniciens ou industriels, vont mettre en avant les nouvelles avancées scientifiques et industrielles autour de ce défi de santé publique. Et ce à tous les niveaux, puisque la session du matin sera consacrée plus spécifiquement à la question de l'antibiorésistance, quand les échanges de l'après-midi s'intéresseront à l'importance du microbiote.

Au-delà des percées scientifiques sur ces problématiques, la question sous-jacente sera également celle du passage de la recherche au marché et de la structuration de la filière. Bac tou Bac doit ainsi permettre d'initier des collaborations et d'ouvrir de nouvelles perspectives entres chercheurs, biotech, cliniciens, industriels et investisseurs. "C'est une filière passée inaperçue à Toulouse, alors qu'il y a une vraie tradition de recherche dans le domaine", rappelle Marc Lemonnier.

Pour vous inscrire, c'est ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :