Téléchargez
notre application
Ouvrir

Toulouse. Quel statut pour le futur Parc des expositions ?

Objectif News  |   -  461  mots
La dernière réunion du conseil communautaire du Grand Toulouse, le 17 mars 2011, n'a pas permis de prendre de décision sur le statut que devrait prendre la gestion du futur Parc des expositions de Toulouse. La Communauté urbaine reste en effet indécise sur le choix d'une délégation de service publique (DSP) ou d'une société publique locale (SPL). GL Events, actuel gestionnaire, est néanmoins déjà candidat à sa propre succession.

La dernière réunion du conseil communautaire du Grand Toulouse, le 17 mars 2011, n'a pas permis de prendre de décision sur le statut que devrait prendre la gestion du futur Parc des expositions de Toulouse. La Communauté urbaine reste en effet indécise sur le choix d'une délégation de service publique (DSP) ou d'une société publique locale (SPL). GL Events, actuel gestionnaire, est néanmoins déjà candidat à sa propre succession.

Sous quel statut sera géré le futur Parc des expositions ? Délégation de service public ou société publique locale ? Très concrètement, la délégation de service public permet à la collectivité une gestion directe du service. La SPL quant à elle permet de cumuler les avantages des secteurs publics et privé, puisqu'elle permet de s'exonérer des règles strictes et des contrôles de la fonction publique, tout en évitant la mise en concurrence. Elle permet également le contournement des règles d'appels d'offres des marchés publics. Le groupe Communistes, républicains et citoyens milite en faveur de cette seconde hypothèse. Le prochain conseil communautaire, le 21 avril, permettra peut-être d'en savoir plus.

Bernard Keller, vice-président du Grand Toulouse en charge du développement économique, estime que « laisser le choix sur l'exploitation ouvre le champ des possibles. Nous allons voir différents candidats, dit-il, puis nous choisirons le statut adéquat, en fonction de leurs qualités. Nous n'excluons pas de faire appel à de grandes entreprises étrangères. Nous ne voulons simplement pas qu'elles soient trop influentes et nous ne laissent aucune marge de manœuvre. Si elles peuvent nous apporter leur expérience, cela serait pertinent. »

Du côté de l'actuel gestionnaire du Parc des expositions, dont le contrat court jusqu'au 31 décembre 2011, GL Events, on s'inquiète de ces tergiversations. « J'espère que la collectivité choisira la délégation de service public. Le choix d'une société publique locale nous mettrait définitivement hors-jeu, puisque la régie se ferait au niveau public », indique ainsi son directeur général Patrice Vassal. Candidat à sa propre succession, le groupe GL Events compte notamment capitaliser sur le fait d'avoir « la même équipe aux manettes depuis 20 ans. »

Pour le moment, aucune autre société n'est venue officiellement concurrencer GL Events. Le Grand Toulouse devrait choisir le gestionnaire en toute fin d'année.

Pour rappel, trois agences d'architectes ont été retenues pour la conception du futur Parc des expositions, dont Christian de Portzampac, Valode et Pistre et l'Office for Metropolitan Architecture. Le gagnant sera désigné par la Communauté urbaine du Grand Toulouse dans les semaines à venir.

Maïa de Martrin

En photo : sous quel statut sera géré le futur Parc des Expositions de Toulouse ? (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :