Les 5 temps forts du FabLab Festival de Toulouse en images

 |   |  816  mots
Tunnel luminescent conçu à Artilect Fablab.
Tunnel luminescent conçu à Artilect Fablab. (Crédits : Rémi Benoit)
Plus de 7 500 visiteurs ont participé le week-end dernier au FabLab Festival de Toulouse. Inédite en Europe, cette manifestation a réuni 100 structures de fabrication numérique venues d'Europe mais aussi d'Afrique. L'occasion aussi de lancer le RFFLabs, le réseau français des Fablabs.

Des fablabs venus des quatre coins de la planète

fablab festival

Gildas Guiella, cofondateur du Ouagalab (Crédit : Rémi Benoit).

Pour sa 6e édition, le FabLab Festival de Toulouse a attiré 100 fablabs venus des quatre coins de la France mais aussi de Belgique ou de Russie. L'Afrique était très représentée avec des structures de fabrication numérique venues de sept pays du continent. Elles sont basées au Bénin, en Tunisie, au Maroc, au Mali, au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire... À l'image du Ouagalab, premier fablab francophone de l'Afrique de l'Ouest. Lancé en 2011, il est basé à Ouagadougou au Burkina Faso et compte plus de 300 membres.

"Aujourd'hui, en Afrique, les fablabs poussent comme des champignons. Au Ouagalab, nous accueillons beaucoup d'étudiants mais aussi des personnes en situation d'illettrisme pour les former. Il n'y a pas besoin de faire de longues études pour apprendre à construire un four solaire", explique Gildas Guiella, cofondateur du Ouagalab.

Le RFFLabs officiellement lancé

fablab festival

Le festival a accueilli plusieurs conférences et l'assemblée générale du RFFLabs (Crédit : Rémi Benoit).

Le festival a également été l'occasion de donner le coup d'envoi du réseau français des fablabs (RFFLabs), une association née lors de l'édition 2015. "Cette structure doit enclencher une dynamique pour favoriser l'émergence de nouveaux fablabs, multiplier les échanges et renforcer la collaboration entre les ateliers français. À terme, le réseau pourrait être étendu aux pays francophones du monde entier. Des Belges et des Africains se sont déjà montrés intéressés par l'initiative", assure Claude Soria, coordinateur du Fablab Festival.

Lors de la première assemblée générale du réseau jeudi 5 mai, trois axes de travail ont été lancés : la rédaction d'un livre blanc à destination des collectivités territoriales, le lancement d'un challenge pour le logo, et une réflexion sur la documentation autour des fablabs.

Des ateliers d'initiation dès le plus jeune âge

fablab festival
Atelier de médiation autour de l'imprimante 3D (Crédit : Rémi Benoit).

fablab festival
Atelier d'initiation au code (Crédit : Rémi Benoit).

Tout au long du week-end, des ateliers d'initiation à la fabrication numérique ont été organisés pour les enfants... dès la maternelle. "Ces ateliers s'adressent aux 5-10 ans. Nous avons un atelier de médiation autour de l'imprimante 3D. Les enfants apprennent à concevoir des petits skis pour un Playmobil ou un Lego", explique Aleksandra Balinska, présidente de l'association École du Futur Midi-Pyrénées. Juste à côté du petit groupe, une dizaine d'enfants ont eu le droit à un atelier pratique. Aurore, 12 ans, apprend quelques rudiments du code informatique : "Il arrive à faire clignoter l'ampoule qui est branchée à l'ordinateur", explique-t-elle.

Cette initiative n'est pas isolée. Artilect a lancé en novembre dernier son "Fablab junior" avec des ateliers pour des classes de CM2 à Toulouse. Les enfants recevront une initiation à la programmation informatique, l'impression 3D et au pilotage de drones. L'objectif, dès la prochaine rentrée, est de multiplier les projets pédagogiques avec les établissements scolaires, du primaire jusqu'au BTS.

Lire aussi : Innovation : Artilect lance un Fablab pour les enfants

Faire de la lumière autrement

fablab festival

Tunnel luminescent conçu au Fablab de Toulouse (Crédit : Rémi Benoit).

Depuis plusieurs mois, les membres du Fablab toulousain planchent sur des projets innovants en matière d'éclairage. Un tunnel entouré de draps noirs a permis aux visiteurs de découvrir les premiers résultats de leur recherche. L'une des plus prometteuses est basée sur la bioluminescence, autrement dit des algues ou des bactéries émettant une couleur fluo au contact d'une réaction chimique. "Quand les algues sont un peu fatiguées, la lumière est un peu faible mais cette technique ouvre d'importantes perspectives. Il s'agit d'une lumière 100 % naturelle et renouvelable", avance France Affidi, membre du Fablab. Pour l'heure, cette solution n'est pas encore commercialisée même si beaucoup de startups en rêvent.

Les startups qui commercialisent la fabrication numérique

fablab festival

La tong sur mesure était exposée au Fablab festival (Crédit :Rémi Benoit).

fablab festival

Une machine téléguidable depuis une tablette (Crédit : Rémi Benoit).

Le Fablab Festival, c'est aussi l'occasion pour les startups d'exposer leurs créations. Les Toulousains d'eMotion Tech, startup devenue leader en France de l'imprimante 3D à destination des publics scolaires étaient présents, tout comme Drawall, un petit robot, tracté par deux courroies, qui reproduit des dessins sur un mur. Imaginé au sein du Fablab toulousain, l'outil a commencé à être commercialisé. Plus insolite, la startup Fabrik'ta Tong a lancé des tongs personnalisables grâce à la fabrication numérique. Un scan 3D des pieds délimite les contours de la chaussure dont la semelle est réalisée à la découpe numérique. Cette 6e édition a attiré 7 500 personnes, soit une fréquentation en hausse de 50 % par rapport à l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :