Air France : des startups proposent leurs services sur la ligne Toulouse-Paris

 |   |  552  mots
Les dirigeants d'Air France entourés des startuppeurs sélectionnés pour le programme
Les dirigeants d'Air France entourés des startuppeurs sélectionnés pour le programme (Crédits : Rémi Benoit)
C'est à Toulouse qu'Air France a dévoilé le contenu de son programme d'innovation "Lab'line for the future". Sept startups ont ainsi été sélectionnées pour proposer pendant près d'un an leurs services aux personnes voyageant sur la ligne Toulouse-Paris Orly. La compagnie a par ailleurs annoncé le lancement d'une opération de crowdfunding en proposant à ses clients de faire don de leurs Miles.

Elles sont sept, elles sont jeunes, et elles vont passer beaucoup de temps dans l'avion. À l'occasion du lancement de sa deuxième opération "Lab'line for the future", Air France a dévoilé jeudi 5 novembre un partenariat permettant à sept startups de proposer leurs services aux passagers de la ligne Toulouse-Paris Orly. Objectif : améliorer le service client mais également offrir aux startups membre du programme une meilleure visibilité.

Venu à Toulouse pour l'occasion, Frédéric Gagey, PDG d'Air France, a par ailleurs rappelé l'importance de la base toulousaine :

"Nous détenons plus de 50 % du trafic ici. Notre lien avec l'aéroport Toulouse-Blagnac est fort et nous entendons bien le maintenir."

Améliorer le service

Parmi les entreprises sélectionnées, Instant System a ainsi mis au point une application permettant au voyageur d'évaluer son temps de trajet de son domicile jusqu'à l'entrée dans l'avion tout en lui proposant divers moyens de transports (voiture, vélo, transports en commun).

Seule société toulousaine de la liste, Ubleam, spécialisée dans le développement de logos intelligents, proposera une visite "augmentée" de l'aéroport. Il suffira de scanner des logos dédiés placés dans l'aéroport pour déclencher un GPS virtuel. Il sera également possible de scanner sa carte d'embarquement pour accéder à des détails supplémentaires sur le vol.

Dans un autre registre, LBMG WorkLabs permet aux voyageurs d'affaires de réserver des  espaces de coworking. "Dans les aéroports, le wifi est devenu plus important que les points de restauration" précise Jean-Jacques Labadie, directeur régional d'Air France Midi-Pyrénées.

Enfin, Interactive Mobility proposera aux passagers des applications de divertissement téléchargeables (films, séries) sur téléphones ou tablettes à partir de mars 2016. La société s'est notamment associée à Smarts Apps, qui propose des visites guidées de la ville de destination, Parisianist, un guide dédié à Paris, et Theatre in Paris, un site de réservation de places de théâtre à Paris, également spécialisé dans le sous titrage en anglais des pièces.

Prévue pour durer 12 mois, l'expérience servira à "tester des services qui peuvent ajouter des points complémentaires dans le parcours client", indique Jean-Jacques Labadie.

"Cela nous permet de fluidifier le service en amont et en aval. Si ces services fonctionnent bien, ils pourront être implantés sur certains réseaux courts et moyens courriers, peut être même l'international".

Pour le directeur régional, l'embarquement de ces nouveaux services marque également l'occasion de poursuivre une dynamique. L'an dernier, la base toulousaine avait déjà été choisie pour lancer la première Lab'line. Air France avait alors proposé un vol hebdomadaire vers Paris-Orly en partie alimenté en biocarburant.

Des financements participatifs pour soutenir les startups

Parallèlement, la direction d'Air France a annoncé le lancement d'une opération de financements participatifs dans le cadre de son programme de soutien aux startups. Désormais, les clients membres du programme de fidélité Flying Blue pourront faire don de leurs Miles à des startups partenaires d'Air France à travers son incubateur Welcome City Lab.

"C'est une première mondiale à notre connaissance, note Frédéric Gagey. Les miles peuvent désormais être récupérés par les startups pour être convertis en voyages ou en décaissement."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2015 à 14:11 :
Bonjour, ou bien dois-je dire "hi" prononcé Haï ! je ne comprends rien à votre texte, c'est proprement "imbitable" (ça au moins ils ne vont pas me le traduire en mauvais anglais) dans l'article sur AirFrance et son programme d'innovation. Je parlais anglais (presque) courramment, mais là, je suis énervée, vénère, agacée, par ce nouveau vocabulaire qui ne veut rien dire. Rappelez-vous le malade imaginaire et ses diafoirus, qui employaient leur "jargon" pour que le "vulgum pecus" ne puisse rien comprendre. Ici, c'est pareil, écoutez ou plutôt lisez : …/programme d'innovation "Lab'line for the future" - Sept startups… - le lancement d'une opération de crowdfunding… - don de leurs Miles… etc, etc,
C'est insupportable, alors que notre langue comprend quelques 100 000 mots, pfff NUL et non avenu…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :