La start-up Zenpark aide les professionnels du logement à valoriser leurs actifs

 |   |  312  mots
William Ronsenfeld
William Ronsenfeld (Crédits : DR)
Grâce à sa solution innovante de parkings partagés, la start-up Zenpark aide les bailleurs sociaux à lutter contre les parkings vides et conçoit des programmes de parkings mutualisés pour des projets d'aménagement urbain. Interview de William Ronsenfeld, co-fondateur de Zenpark.

Quel est le principe de Zenpark, votre solution de parking partagé ?

Zenparck est une innovation technologique qui permet d'optimiser les places de parkings vides dans les grandes villes. Zenpark comprend une application mobile, une télécommande, un  site web, un gestionnaire centralisé et un boitier électronique. Pour devenir membre, il suffit de télécharger gratuitement l'application. Cela permet ensuite d'identifier les places vides dans les parkings les plus proches que nous gérons et d'y accéder.

Vous visez particulièrement les acteurs du logement, pourquoi ?  

Car Zenpark est un moyen pour eux de valoriser un actif. On estime en effet que les bailleurs sociaux comptent en moyenne 30 % de parkings vacants dans leurs parcs, avec Zenpark, ils ne payent aucun investissement, mais touchent un pourcentage que nous leur rétrocédons à chaque fois que la place est occupée. À Paris et en région parisienne, deux opérateurs nous ont déjà fait confiance, il s'agit du groupe immobilièr 3F et de SIEMP (Paris) un bailleur social local.
Nous ciblons aussi les promoteurs immobiliers et les grandes entreprises, pour qu'ils nous confient la gestion de leur parc vide ou partiellement occupé, et enfin les collectivités, mairies et aménageurs, car aujourd'hui 30 % des consultations pour les grandes opérations d'aménagement urbain intègrent de la mutualisation de parking. Nous sommes d'ailleurs en consultation en ce moment pour des projets urbains à Lyon et Marseille.

Vous venez de lever 1,6 M€ pour vous déployer dans toute la France, Toulouse fait-elle partie de vos cibles ?

Absolument ! Nous gérons actuellement une quarantaine de parkings à Paris, et enregistrons une croissance de 40 % par mois. Nous comptons grâce à cette levée de fonds multiplier par 3 ou 4 le nombre de parcs gérés d'ici la fin de l'année et espérons arriver dans la métropole toulousaine au cours du premier semestre 2015.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :