La Tribune Women's Awards 2015 : les sept lauréates

 |   |  1108  mots
(Crédits : DR)
La cérémonie La Tribune Women's Awards, organisée ce mardi 7 juillet à la CCI de Toulouse par La Tribune-Objectif News, a été l'occasion de récompenser sept femmes manageures et entrepreneures de Midi-Pyrénées. Zoom sur le palmarès de cette 5e édition.

Elles sont cheffes d'entreprises ou cadres dirigeantes et ont été récompensées ce soir pour leur parcours, leur performance et leur exemplarité, devant un parterre de plus de 200 décideurs économiques et politiques de Midi-Pyrénées. Palmarès d'une édition 2015 placée sous le signe des réseaux et du mentorat.

Prix "Numérique" :

Geneviève Campan est directrice des systèmes d'information du Cnes. Une entreprise qu'elle a découverte à l'occasion d'un stage en école d'ingénieur et dans laquelle elle a fait toute sa carrière. Cette spécialiste des mathématiques appliquées a gravi tous les échelons du management, devenant notamment sous-directrice exploitation et opération à l'âge de 45 ans, ce qui l'a amenée à gérer une équipe de 250 personnes. En 2011, elle s'est vue confier la direction des systèmes d'information du Cnes. À ce poste, elle manage 150 personnes, est membre du comité exécutif et gère à la fois la partie standard nécessaire à l'entreprise et tout ce qui sert aux métiers du spatial, les réseaux, l'architecture et la sécurité informatique, les données de stockage et notamment le big data.

Les autres nominées :

Marylène Charrière (Websourd-media) et Stéphanie Savel (Wiseed)

Prix "Chercheuse" :

Vassilia Theodorou est directrice de l'équipe de recherche neuro-gastro-entérologie et nutrition à l'Inra. Née en Grèce et arrivée à Toulouse à l'âge de 18 ans pour y faire ses études, ce docteur en physiopathologie et pharmacologie digestive est une spécialiste reconnue de l'intestin, qu'elle appelle "notre deuxième cerveau". Elle est co-inventrice d'un brevet européen sur "l'utilisation de Lactobacillus Farciminis pour la prévention et le traitement de pathologies digestives". Elle finance aujourd'hui ses recherches en répondant à des appels à projets et grâce à des collaborations avec l'industrie agroalimentaire, et gère un budget moyen de 800 000 euros par an. Son prochain défi ? Créer à Toulouse un institut qui pourrait fédérer différents spécialistes des approches neurobiologiques, microbiologiques et gastro-entérologiques.

Les autres nominées :

Wanda Mastor (UT1 Capitole) et Anne-Catherine Prats (Inserm)

Prix "ETI" :

Véronique Dahan est la directrice de la Clinique des Cèdres, l'un des établissements phare du groupe Capio (85 M€ de chiffre d'affaires, 1 000 salariés et 145 médecins en libéral). Cette ancienne infirmière a notamment fait partie de l'équipe qui a réalisé la première transplantation cardiaque au CHU de Toulouse, puis a participé à la construction et la réorganisation d'un nouveau bloc opératoire à la Clinique du Parc. En 1999, elle s'inscrit en DESS d'économie de la santé à Montpellier, pour, dit-elle, "acquérir une nouvelle dimension". Elle prendra par la suite, en 2011, la direction de la Clinique des Cèdres. Elle a depuis mené des changements d'organisation majeurs dans l'entreprise et, notamment, la prise en charge ambulatoire.

Les autres nominées :

Pascale Hamet (Capgemini) et Stéphanie Limouzin (CLS)

Prix "Entrepreneure" :

Laetitia Garrigues dirige Fun & Fly, voyagiste toulousain spécialisé dans les sports de glisse aquatique comme le kite-surf ou la planche à voile. Du Brésil au Vietnam, le tour opérateur, qui compte 11 salariés, propose une quarantaine de destinations réparties dans une vingtaine de pays. Leader français, Fun & Fly détient environ 60 % des parts du marché pour un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros en 2014. Laetitia Garrigues qui, paradoxalement, ne pratique pas elle-même de sports de glisse, était la toute première collaboratrice de la société, lors de sa création en 1991. Elle en a repris 51 % du capital en janvier dernier et travaille avec un partenaire allemand, Club Mistral. Son prochain challenge : booster l'activité de la société à l'international.

Les autres nominées :

Laurence Rolland (Le collectif des gourmandes) et Carole Zisa‐Garat (Telegrafik)

Prix "Startuppeuse" :

Lisbé Juin est la benjamine de cette édition. À 26 ans, elle est la fondatrice de la société Loliplop. Après avoir débuté sa carrière dans une société de service et d'ingénierie numérique, elle se sent rapidement à l'étroit dans son costume d'ingénieure et décide de tout quitter pour entreprendre. L'an dernier, alors qu'elle assiste à un "Coding goûter" à la Cantine, elle s'aperçoit qu'il n'existe aucun outil pour apprendre aux enfants le codage informatique et perçoit des perspectives énormes. En deux mois, elle crée Loliplop, une solution d'apprentissage du codage à destination des enfants de 5 à 11 ans. L'entreprise fait partie de l'Incubateur Midi-Pyrénées au sein de l'IoT Valley. Le prototype est actuellement en test auprès d'une soixantaine d'enfants dans quatre écoles et la première version finalisée sera mise à disposition dès septembre 2015. L'entreprise est en phase de recrutement de commerciaux et une première levée de fonds est envisagée pour 2016. Par ailleurs, Lisbé Juin a cofondé l'association Digital Girls, pour promouvoir le secteur du numérique auprès des jeunes femmes.

Les autres nominées :

Cécile Morel (Mobirider) et Muriel Thuillier (Cocolico)

Prix "Manageure" :

Odile Jubecourt dirige le programme A330neo d'Airbus depuis juillet 2014. Une véritable consécration pour celle qui a dédié dix ans de sa vie au développement de l'A330. Elle a débuté sa carrière chez Airbus en tant qu'ingénieure commerciale pour les compagnies aériennes américaines, avant de devenir "contract manager" pour l'avionneur, puis de se tourner vers la production en prenant la responsabilité d'une équipe de gestion de configuration dans le cadre du programme A330. Aujourd'hui, Odile Jubecourt est la première femme chez Airbus à avoir été nommée cheffe d'un programme majeur de développement avion, à la tête de plus de 1 700 collaborateurs. Et elle s'engage pour l'entrepreneuriat des femmes, puisqu'elle est marraine des réseaux "Elles Bougent" et "Capital Filles", qui encouragent les jeunes femmes à s'orienter vers les écoles d'ingénieurs et les formations scientifiques.

Les autres nominées :

Nuria Perez‐Cullell (Laboratoires dermatologiques Avène) et Maryse Prat (Cité Jardins)

Prix "Femme La Tribune" :

Le parcours de Marylène Charrière est hors du commun. Rien ne prédestinait en effet cette jeune femme, native de la Haute-Savoie, à devenir journaliste et directrice de la rédaction d'un média audiovisuel. Sourde de naissance, tout comme ses parents et sa sœur, sa langue maternelle est la langue des signes françaises. Il lui faudra donc beaucoup de courage et de travail pour devenir l'une des toutes premières journalistes audiovisuelles sourdes de France. Elle est désormais directrice de la rédaction de Websourd-media, une plateforme web d'information toulousaine dédiée aux sourds. Elle gère aujourd'hui une équipe de cinq personnes et est membre du comité de direction du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :