29 % des sous-traitants aéronautiques "totalement dépendants" des grands donneurs d'ordres

 |   |  506  mots
Usine de Latécoère, sous-traitant de rang 1 d'Airbus
Usine de Latécoère, sous-traitant de rang 1 d'Airbus (Crédits : Rémi Benoit)
La dépendance des entreprises de la supply chain aéronautique au regard des grands donneurs d'ordre est très élevée. Selon l'Insee, en effet, 77,5 % du chiffre d'affaires total des sous-traitants du Sud-Ouest proviennent directement des commandes des constructeurs et motoristes aéronautiques et spatiaux. Détails.

L'Insee vient de dévoiler une enquête sur la filière aéronautique du grand Sud-Ouest (ex-régions Midi-Pyrénées et Aquitaine). Dans cette zone géographique, la filière aéronautique et spatiale regroupe 1 050 entreprises qui emploient près de 125 000 salariés. La majorité d'entre eux (7 sur 10) travaillent dans le secteur industriel (construction aéronautique et spatiale, métallurgie et fabrication d'équipements et de machines), les autres sont dans les services. Tous les chiffres datent de fin 2014.

Une dépendance importante aux grands donneurs d'ordres

Les grands constructeurs, maîtres d'œuvre et motoristes emploient à eux seuls 39 % des effectifs de la filière dans le grand Sud-Ouest. Parmi eux : Airbus Group (Airbus, Airbus Defence and Space à Toulouse), ATR (Toulouse), Dassault Aviation (Bordeaux), Herakles - Groupe Safran (Bordeaux), Thales (Toulouse et Bordeaux)...

Lire aussi : Acteurs de l'aéronautique en Midi-Pyrénées, cartographie d'un secteur en croissance

Par ailleurs, la dépendance des entreprises de la supply chain du grand Sud-Ouest au regard des grands donneurs d'ordre est élevée : en moyenne, 77,5 % du chiffre d'affaires total de ces entreprises proviennent directement des commandes des constructeurs et motoristes aéronautiques et spatiaux. Pour 29 % d'entre elles, la dépendance est totale. Une entreprise sur deux en dépend pour plus des trois-quarts de son activité.

Une dépendance dont essaient de sortir certains sous-traitants en diversifiant leurs activités (vers le ferroviaire ou l'énergie par exemple).

À noter que l'emploi est très concentré dans quelques grandes unités : 94 entreprises de 250 salariés ou plus (soit 9 % des entreprises de la filière) concentrent les trois-quarts des salariés. 
Et l'emploi est aussi très concentré géographiquement : la zone d'emploi de Toulouse concentre à elle seule près des deux tiers (61 %) des salariés de la filière, suivie des zones d'emploi de Bordeaux (15 %), de Pau (6 %) et de Bayonne (3 %).

Lire aussi : Aéronautique : 83 % des emplois concentrés à Toulouse, Bordeaux et Pau

Anticiper l'augmentation des cadences

Dans un contexte de tension sur l'appareil de production, les entreprises de la chaîne d'approvisionnement du grand Sud-Ouest investissent en recherche et développement (R&D) "pour rester compétitives et relever le défi de l'augmentation des cadences de production" : près d'une entreprise sur deux a ainsi engagé des travaux de R&D en 2014, et près de 5 100 emplois en équivalent temps plein leur sont dédiés. Mais, malgré l'augmentation des capacités de production pour retrouver des marges de manœuvre, l'afflux des commandes maintient la partie industrielle de la supply chain sous tension.

La tendance est inverse dans les services spécialisés qui "traversent des turbulences et sont en baisse de régime avec la fin des grands programmes de développement des avionneurs, depuis 2012".

Lire aussi : Ingénierie aéronautique, quelles perspectives à Toulouse ?

Cette enquête est réalisée chaque année par l'Insee. Elle est menée en partenariat avec le pôle de compétitivité Aerospace Valley, et disponible sur les sites internet de l'Insee et d'Aerospace Valley.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :